Toyota YARIS LA PLUS URBAINE La franco-nipponne s’apprécie en conduite cool

Fabriquée en France, à Valenciennes, cette Toyota réalise 58 % de ses ventes en motorisation hybride essence-électrique. Et c’est normal car, non seulement son gabarit (3,95 m) apparaît idéal en milieu urbain, mais surtout, le fonctionnement de la chaîne cinématique (moteur électrique de 25 ch et thermique de 75 ch) – le tout transmis aux roues avant par une boîte à variation continue – incite à une conduite très cool. C’est ainsi que cette Yaris s’apprécie le plus. N’allez pas croire pour autant que la franco-nipponne reste cantonnée aux pavés métropolitains. Tenant bien la route et parfaitement sûre, la Yaris 100h, c’est son nom de code, remplit parfaitement le rôle de citadine polyvalente, malgré un âge plutôt avancé (7 ans pour l’hybride, 8 ans pour les modèles thermiques), qui se traduit par une présentation intérieure et une ergonomie légèrement datées. Que l’on pardonnera aisément par un coût d’usage limité par rapport aux rivales 100 % thermiques, diesels y compris, de sa catégorie. En ayant le pied léger, il n’est pas impossible de consommer 4,5 l/100 km en ville et à peine 6 l/100 km sur route. Il est vrai, en revanche, que l’autoroute, comme pour la grande majorité des hybrides, n’est pas son terrain de prédilection, en raison d’un réservoir minuscule de 36 litres.UN BÉMOL ? Défaut connu et reconnu des Toyota hybrides, la transmission à variation continue manque d’agrément lors des dépassements, à cause de son effet “mobylette”.L’INFO EN : le “made in France” automobile s’exporte vers les États-Unis ! Les Yaris hybrides fabriquées dans le Nord sont aussi vendues en Amérique.