TOUS EN PISTE!

La conduite sur circuit est conditionnĂ©e par la rigueur du chĂąssis, mais surtout, des pneumatiques, facteur prĂ©dominant dans la performance et la sĂ©curitĂ©. Plusieurs manufacturiers disposent donc de gammes ultra hautes performances (UHP), voire ultra ultra hautes performances (UUHP), ces semislicks Ă©tant destinĂ©s Ă  la piste et au temps sec. Pour dĂ©couvrir ses pneumatiques, Goodyear nous a organisĂ© une sĂ©rie de tests, au volant de diffĂ©rents vĂ©hicules. On dĂ©marre, sur un parcours dĂ©trempĂ©, avec une Golf R Ă©quipĂ©e d’Eagle F1 Asymetric 5. Premier constat : la pellicule d’eau sur la piste est bien Ă©vacuĂ©e et le pouvoir directionnel est prĂ©servĂ©, avec peu de sous-virage. Autre point fort : les distances de freinage progressent de plus de 4 %, comparĂ© au prĂ©cĂ©dent modĂšle. Disponible entre 17 et 21”, ce profil sera proposĂ© en 61 dimensions d’ici Ă  la fin de l’annĂ©e. Second test au volant d’une Alpine chaussĂ©e d’Eagle F1 Supersport, qui remplacent des Michelin Pilot Sport 4 moins accrocheurs. Sur une piste arrosĂ©e par endroits, l’A110 brille toujours par son comportement rĂ©jouissant, le grip supĂ©rieur des Eagle F1 Supersport n’altĂ©rant pas le cĂŽtĂ© joueur de la berlinette de Dieppe. Bref, ce pneu performant, mais progressif, lui va comme un gant. Pour s’en convaincre, nous testons ce mĂȘme pneu sur une Ferrari 488 GTB de… 670 ch. Dans ces conditions, la progressivitĂ© dans les pertes et reprises de grip s’avĂšre fondamentale pour encourager le pilote Ă  lĂącher les chevaux sur un tracĂ© exigeant. Laissant “glissouiller” le train arriĂšre sous forte charge, cet Eagle F1 Supersport se rĂ©vĂšle alors un bon compromis pour les utilisateurs de Supercars sur route, son profil permettant d’affronter les grosses averses sans arriĂšre-pensĂ©es. Pour les utilisateurs “circuit”, le manufacturier propose les Supersport R & Supersport RS. Si le premier vient concurrencer le Sport Cup 2 de Michelin ou le SP Sport Maxx Race 2 de Dunlop, le RS, lui, s’attaque frontalement au Cup 2 R de Clermont-Ferrand. Et pour cause : ce pneu radical est homologuĂ© par Porsche (tout comme le Michelin) en utilisation Track Day, pour la GT2 RS exclusivement. Si le RS nÂ’Ă©tait pas proposĂ© Ă  l’essai, nous avons nĂ©anmoins pu tester la version R, sur une Porsche 991 GT3 RS. ParticuliĂšrement tranchante, celle-ci conserve davantage de progressivitĂ© aux limites d’adhĂ©rence avec les Goodyear qu’avec les Michelin, plus rigides (moins confortables Ă  basse vitesse Ă©galement), mais plus endurants en usage trĂšs soutenu.En proposant des gommes faciles Ă  apprĂ©hender Ă  la limite, Goodyear devrait ainsi sĂ©duire nombre de “pistards” peu familiers des limites d’adhĂ©rence repoussĂ©es de ces nouveaux pneus ultra ultra hautes performances, qui transforment des voitures de routes en machines de guerre lors des sorties dominicales sur piste. _