SURPRISE SURPRISE

Si la capacitĂ© de la batterie NiMH, abritĂ©e sous la banquette arriĂšre, ne permet de parcourir que quelques centaines de mĂštres en mode 100 % Ă©lectrique jusqu’à l’approche des 25 km/h (et Ă  condition de se montrer trĂšs doux avec l’accĂ©lĂ©rateur), le quatre-cylindres sÂ’Ă©broue sans le moindre Ă -coup et sÂ’Ă©teint automatiquement Ă  chaque dĂ©cĂ©lĂ©ration, ou Ă  vitesse stabilisĂ©e. Cette technologie hybride contribue grandement Ă  la consommation trĂšs raisonnable en milieu urbain, oĂč il n’absorbe qu’environ 6,5 l/100 km. Sur autoroute, ça se gĂąte, mais l’engin peut rester sous la barre des 9 l/100 km.Au chapitre technique, Honda propose des CR-V thermiques, avec un 1.5 turbo de 173 ou 193 ch, disponibles avec 7 places, et des hybrides (Ă  5 places seulement), dotĂ©s de deux ou quatre roues motrices, le premier permettant d’allĂ©ger le tarif de 2 000 €. Dans le cas de la version intĂ©grale, les ingĂ©nieurs ont dotĂ© leur SUV d’une “vraie” transmission 4×4, avec un vĂ©ritable arbre de transmission dĂ©brayable. Le moteur thermique, un 2.0 litres i-VTEC, dĂ©veloppe 145 ch. Il est “aidé” par deux moteurs Ă©lectriques ; le premier sert de gĂ©nĂ©rateur et fournit son homologue, lequel entraĂźne les roues. La batterie de 1,5 kWh n’autorise que 2 kmÀ bord, le tableau de bord pĂšche par un niveau de finition perfectible, un amĂ©nagement banal, voire datĂ©, et une ergonomie critiquable. Son systĂšme multimĂ©dia, qui fait l’impasse sur le GPS (mais contrairement Ă  l’interface du RAV4, il est compatible Android Auto/Apple CarPlay), mĂ©riterait un plus grand Ă©cran et un fonctionnement plus intuitif. Mais, chez Toyota comme chez Honda, on ne propose pas beaucoup mieux. En revanche, Mitsubishi sert les aspects pratiques, avec deux prises 230 V, accessibles depuis les places arriĂšre et le coffre, qui permettent de recharger un ordinateur ou de passer l’aspirateur… en pleine campagne. Mais c’est en ville, malgrĂ© son gabarit imposant (4,70 mĂštres), que ce nippon ajoute une corde Ă  son arc, avec de gros avantages sur les tarifs de stationnement, que l’administration accorde aux vĂ©hicules hybrides… rechargeables. _ PAR L. PINEL, PHOTOS F. BOLUSSETPlus ĂągĂ© que les RAV4 et CR-V, le Mitsubishi, lĂ©gĂšrement redessinĂ© mais profondĂ©ment modernisĂ© fin 2018, peut se targuer d’une garantie plus Ă©tendue (5 ans, kilomĂ©trage illimitĂ©) et d’une suspension plus moelleuse. Son amortissement paraĂźt plus progressif que celui de ses rivaux, ce qui sert le bien-ĂȘtre Ă  basse vitesse. Les amateurs de conduite lui reprocheront son poids Ă©levĂ©, son train avant peu incisif et une prise de roulis marquĂ©e, qui tranche avec les prestations routiĂšres des concurrents. Mais l’Outlander reste trĂšs sain et, Ă  sa dĂ©charge, il souffrait, lors de notre essai, de pneumatiques “toutes saisons” nuisant Ă  l’adhĂ©rence sur chaussĂ©e sĂšche.Ceux qui privilĂ©gient le comportement routier pourraient faire le mĂȘme choix : mieux maintenu que l’Outlander, le Honda se montre aussi plus prĂ©cis que le RAV4. Comme tous les SUV de son rang, son comportement reste placide, mais l’agrĂ©ment est au rendez-vous, la tenue de cap met en confiance et le freinage rassure.Le chapitre des performances fait toutefois dĂ©faut au CR-V hybride. Ses 184 ch suffisent Ă  surpasser le Mitsubishi, desservi par son poids, mais souffrent de la comparaison avec les 218 ch du RAV4. Rien de grave, toutefois, puisque le Honda n’a rien d’un SUV anĂ©mique et se fait pardonner avec une insonorisation soignĂ©e. Il est cepdnant perturbant, dans certaines phases de fonctionnement, de constater que le rĂ©gime moteur ne semble pas obligatoirement liĂ© Ă  la charge que l’on exerce sur l’accĂ©lĂ©rateur.La premiĂšre gĂ©nĂ©ration de RAV4 est apparue en 1994, et Toyota cultive l’hybridation depuis 1997. En d’autres termes, ce constructeur japonais apparaĂźt comme LE spĂ©cialiste des moteurs thermiques assistĂ©s par lÂ’Ă©lectrique, et son savoir-faire dans l’univers des 4×4 et SUV ne peut ĂȘtre niĂ©. Avec de tels arguments, cette cinquiĂšme gĂ©nĂ©ration de RAV4, pleine de personnalitĂ©, apparaĂźt comme la rĂ©fĂ©rence du segment. D’autant qu’elle affiche un prix attractif par rapport Ă  ses concurrents du jour : 43 000 € dans cette finition Lounge, avec un Ă©quipement riche.Les consommations prĂ©cisĂ©es par les cycles d’homologation indiquent que le CR-V, lĂ©gĂšrement affectĂ© par un malus de 75 €, est officiellement plus gourmand que le RAV4. Selon nos essais, la diffĂ©rence de consommation entre les deux modĂšles est infime. _d’autonomie Ă©lectrique, mais le systĂšme gĂ©nĂšre une douceur remarquable, jamais perturbĂ©e par le moindre Ă -coup.AnimĂ© par deux moteurs Ă©lectriques – l’un de 60 kW/137 Nm pour les roues avant, l’autre de 70 kW/195 Nm pour l’essieu arriĂšre – le japonais accĂ©lĂšre bien et peut filer jusqu’à 135 km/h sans absorber la moindre goutte de sans-plomb. De quoi faire pĂąlir d’envie les conducteurs d’hybrides… pas rechargeables. Lorsque l’autonomie Ă©lectrique est dĂ©passĂ©e, le moteur essence 2.4 sÂ’Ă©veille trĂšs discrĂštement : il entraĂźne les roues avant ou se mue en gĂ©nĂ©rateur, afin de maintenir un niveau de charge Ă©lectrique suffisant pour effectuer les manœuvres en mode Ă©lectrique.Comme ses concurrents badgĂ©s Toyota et Honda, l’Outlander ne fait pas de l’autoroute son terrain de jeu prĂ©fĂ©rĂ©. S’il y reste plus silencieux que ses rivaux, la consommation de son moteur thermique de 135 ch peut rapidement s’envoler… au point de se remĂ©morer de bons souvenirs de SUV diesel. Il reste toutefois facile de rester sous les 10 l/100 km.À bord, si le systĂšme multimĂ©dia ne se montre pas suffisamment intuitif, l’ergonomie des commandes demeure apprĂ©ciable et le positionnement de lÂ’Ă©cran central, qui surplombe la console, permet de consulter les informations en un coup d’œil. Entre les siĂšges et sur la planche de bord, l’amĂ©nagement intĂšgre de pratiques rangements, qui font dĂ©faut Ă  l’Outlander. Comme ses concurrents, le Toyota profite d’une habitabilitĂ© remarquable et d’une banquette inclinable en deux parties. DerriĂšre elle, le coffre fait figure de gĂ©ant : grĂące Ă  sa largeur spectaculaire, il domine largement ses rivaux, cubant 530 litres de capacitĂ© en configuration 5 places. Il est possible d’y charger des meubles qui, mĂȘme s’ils sont hauts, n’empĂȘchent pas de surveiller la circulation par le rĂ©troviseur central. D’une simple pression, ce dernier passe d’un classique miroir Ă  un Ă©cran qui, reliĂ© Ă  une camĂ©ra, retranscrit l’environnement. C’est futĂ©, mais dĂ©routant, car l’œil humain exige un temps d’adaptation pour apprĂ©cier ce systĂšme, avec lequel il demeure difficile dÂ’Ă©valuer la distance sĂ©parant la voiture suiveuse. Mais cet Ă©quipement (optionnel), comme la prĂ©sentation soignĂ©e, contribuent Ă  l’apparence high-tech que se donne le RAV4. _En attendant, le RAV4, qui repose sur la plate-forme TNGA servant de base Ă  la nouvelle berline Camry (voir p. 56), se contente d’un seul moteur Ă©lectrique de 118 ch pour Ă©pauler son inĂ©dit 2.5 litres 177 ch. Cela lui suffit pour gĂ©nĂ©rer de meilleures accĂ©lĂ©rations que ses concurrents, au prix d’un niveau sonore un brin trop Ă©levĂ©, imputable Ă  la transmission par train Ă©picycloĂŻdal, qui entraĂźne un petit emballement du moteur.Cet avantage tarifaire s’explique en un mot : transmission. En attendant une dĂ©clinaison 4×4, disponible dĂšs le mois de mai 2019 et facturĂ©e 2 050 € de plus, le RAV4 est le seul modĂšle de notre comparatif Ă  ne disposer que de deux roues motrices (Ă  l’avant). Cela nuit d’ailleurs Ă  l’agrĂ©ment de conduite, de petites pertes d’adhĂ©rence venant parfois perturber le calme ambiant lors des accĂ©lĂ©rations. Lorsqu’il sera Ă©quipĂ© de la transmission intĂ©grale, avec un moteur Ă©lectrique de 54 ch dĂ©diĂ© au train arriĂšre et une puissance cumulĂ©e passant de 218 Ă  222 ch, le Toyota ne devrait plus en souffrir.S’ il paraĂźt presque un peu dĂ©suet et souffre d’une prĂ©sentation moins valorisante que celle de ses compatriotes, le Mitsubishi n’en reste pas moins le plus avant-gardiste cĂŽtĂ© technologie. Son secret, pour lequel plus de 100 000 EuropĂ©ens ont dĂ©jĂ  craquĂ© depuis 2014, tient dans sa prise : l’Outlander PHEV est “branché”, car rechargeable. Compatible avec les bornes de charge rapide, grĂące auxquelles ses batteries Lithium-Ion emmagasinent 80 % de leur capacitĂ© en seulement 25 minutes, il peut aussi se contenter de la bonne vieille prise domestique de votre jardin, et se remplir intĂ©gralement dÂ’Ă©nergie Ă©lectrique en cinq heures et demie. DĂšs lors, il devient possible de parcourir plus de 40 kilomĂštres en mode 100 % Ă©lectrique, grĂące Ă  une batterie de 13,8 kWh de capacitĂ©. Pas besoin de faire un dessin : Ă  condition d’en avoir une utilisation adaptĂ©e, le Mitsubishi se rĂ©vĂšle extrĂȘmement Ă©conomique… et ne fera pas de vous le meilleur ami du pompiste.À bord, mĂȘme constat : la prĂ©sentation soignĂ©e profite d’un niveau de finition supĂ©rieur Ă  celui des Toyota et Mitsubishi. L’ensemble paraĂźt plus haut de gamme et plus “techno”, avec une instrumentation totalement digitale et un affichage tĂȘte-haute livrĂ©s en sĂ©rie, et pas moins pratique : l’accoudoir central cache un grand rangement et les cotes d’habitabilitĂ© mettent tout le monde d’accord. MalgrĂ© un empattement lĂ©gĂšrement infĂ©rieur Ă  celui du RAV4, le SUV Honda offre un peu plus d’espace aux jambes des passagers arriĂšre, qui jouissent Ă©galement d’une largeur supĂ©rieure. Si le volume du coffre reste infĂ©rieur Ă  celui du Toyota, le seuil de chargement est plus bas, et le Honda est le seul Ă  profiter d’une modularitĂ© permettant de mĂ©nager une surface parfaitement plane, une fois les dossiers 2/3-1/3 rabattus. Et pour ce faire, il suffit de tirer les petites manettes placĂ©es dans le coffre… dont ne dispose pas la concurrence. Dans cette finition huppĂ©e baptisĂ©e Exclusive, la dotation profite Ă©galement de siĂšges arriĂšre chauffants et d’un toit ouvrant panoramique, indisponibles ou relayĂ©s au rang des options chez la concurrence. En rĂ©sumĂ©, ceux pour qui le bien-ĂȘtre Ă  bord prime prĂ©fĂšreront le CR-V.Comme toujours, le premier contact est visuel. ComparĂ© au profil vieillot de l’Outlander ou au faciĂšs dĂ©monstratif du RAV4, le CR-V paraĂźt moins torturĂ©, plus consensuel et plus discret. Bref, plus rassurant. Par ailleurs, ses traits Ă©lĂ©gants cachent un gabarit exactement identique Ă  celui du Toyota.