SOUS BRACELET ÉLECTRONIQUE

Mais cette compétitrice née demeure une moto de série, homologuée pour un usage routier. Pour rester civilisée, l’allemande a élargi son guidon pour offrir une position de conduite moins fatigante. Le freinage aussi se destine davantage à une utilisation routière. Les énormes étriers Brembo de l’ancienne génération sont remplacés par des pinces HAYES moins épaisses. À cela s’ajoute un pack Dynamic intégrant des suspensions pilotées électroniquement (DDC), un régulateur de vitesse et des poignées chauffantes. Ne manquent que la bulle électrique et le top case…Après ce court galop d’essai sur une piste exigeante, la BMW S 1000 RR nous a donc laissé un sentiment mitigé. Mais elle devrait s’apprécier davantage pour un usage routier… voire sur Autobahn illimitée. _C’est sur le magnifique circuit de Nevers Magny-Cours que nous avons pu prendre en mains cette S 1000 RR, durant le M Town Festival. Bardée d’options et donc dotée des suspensions pilotées DDC, la nouvelle BMW nous a semblé un peu trop souple sur les gros ralentissements et les accélérations à pleine charge, même en mode Race. Les deux étriers 4 pistons avant manquaient aussi cruellement de mordant sur ce tracé ultra rapide. Mais nous avons surtout été déçus par la boîte de vitesses. Le point mort est très difficile à trouver à l’arrêt et le shifter souvent récalcitrant. À la sortie de l’épingle d’Adelaïde, le passage de la seconde à plein régime peut en effet engendrer un faux point mort. Bref, cette nouvelle S 1000 RR n’offre pas la précision de sa devancière.Avec son nouveau regard aiguisé et son rapport poids/puissance terrifiant, la nouvelle BMW S 1000 RR paraît encore plus méchante que sa devancière, pourtant très redoutée. Dotée d’un inédit moteur intégrant des soupapes en titane et un système d’admission variable novateur, la dernière arme de Munich profite aussi d’un nouveau cadre en aluminium, avec un bras oscillant réglable. L’épaisse fourche inversée de 45 mm et l’amortisseur arrière de série sont également ajustables en compression comme en détente. La boîte à six vitesses intègre d’office un shifter pour monter et descendre les rapports sans débrayer et l’antiblocage des freins ABS déconnectable est associé à un capteur d’angle. Il est même possible de modifier le niveau de frein moteur et le degré d’intervention de l’antipatinage d’une simple pression du pouce gauche. L’instrumentation numérique à écran couleur TFT de 6”5 propose plusieurs formes de compteurs et s’accompagne de commandes au guidon bien pensées. En ajoutant le pack M, avec des jantes en carbone et une batterie allégée, la belle munichoise semble parée pour les 24 H du Mans.Efficace sans être explosif. Les ingénieurs munichois ont aussi travaillé sur la fiabilité de ce bloc désormais garanti 3 ans, voire 5 ans (299 €).En revanche, son nouveau moteur délivre un souffle incroyable jusqu’à 14 000 tr/mn et permet aux meilleurs pilotes d’atteindre les 299 km/h en pointe, en sixième dans la ligne droite du Golf. Le nouveau système de distribution variable gomme l’effet boost au moment de l’ouverture totale des soupapes d’admission, mais procure davantage de souplesse à bas régime et de répondant à mi-régime.Plus facile, plus rapide et mieux équipée, la nouvelle BMW S 1000 RR pèche néanmoins par sa boîte, son freinage et ses suspensions DCC.