Jaguar I-PACE LE PREMIUM Tenue de route et comportement impériaux

L’INFO EN : produite à 20 000 exemplaires par an, la plus branchée des voitures anglaises est fabriquée en Autriche, chez Magna-Steyr. En France, 212 I-Pace ont été vendues de janvier à juin 2019.L’entrée de Jaguar dans le petit monde de la voiture électrique a été remarquée… et remarquable. Après Tesla, mais avant Mercedes et Audi, la firme britannique proposa son SUV I-Pace qui, contrairement à l’EQC de Mercedes, dispose d’une plate-forme spécifique développée pour être électrique. Et le résultat s’est avéré très convaincant. Malgré plus de deux tonnes sur la balance, la conduite se montre plutôt dynamique, avec un comportement routier impérial et une tenue de route difficile à prendre en défaut, grâce aux énormes et lourdes batteries (600 kg à elles seules) implantées sous le plancher. De ce fait, le centre de gravité assez bas profite au plaisir de conduite. Et il y en a. Avec 400 ch et 696 Nm de couple disponibles dès le départ, les performances impressionnent, tant en accélérations qu’en reprises. Impossible de dire que l’on est à court de puissance. Malgré ses attributs de sportive, l’I-Pace reste très confortable et vire à plat. Revendiquant jusqu’à 470 km d’autonomie (415 km avec une version bardée d’options augmentant le poids de l’ensemble), selon le nouveau cycle WLTP, l’anglaise peut, dans la réalité, facilement parcourir 380 km, y compris en conduite normale. Pour la recharge, comptez 40 minutes pour récupérer 80 % sur une borne 100 kW, 1 h 25 sur une 50 kW et 12 heures sur une installation domestique 7 kW.UN BÉMOL ? Radicalement moderne et différente des autres Jaguar, l’I-Pace mise sur l’originalité dans l’habitacle, avec une ergonomie parfois douteuse.