ELECTRI UE DANS L’ÂME

Car c’est justement en milieu urbain que le petit crossover coréen se sent à son aise, grâce à un gabarit plutôt contenu de 4,20 mètres. Un peu plus long que la précédente mouture et affichant un empattement de 2,60 mètres, il accueille ses passagers confortablement, malgré une garde au toit en légère baisse à l’arrière. Le coffre oscille entre 315 et 1 339 litres, et l’habitabilité est généreuse, grâce à l’implantation des batteries sous le plancher. Enfin, côté dotation technologique, l’e-Soul fait le plein, en série. Dommage, toutefois, que les jantes de 17 pouces imposées dès le premier niveau de finition entraînent un réglage un brin trop ferme des suspensions. En dépit d’une légère tendance à la prise de roulis, la tenue de route s’avère, elle, plutôt bonne, grâce à un centre de gravité abaissé. Par ailleurs, l’insonorisation se révèle perfectible, les bruits de roulement étant encore notables.Le Kia Soul, on le connaît bien. Car depuis son lancement en 2009, 1,6 million d’exemplaires en ont été commercialisés à travers le monde. On aime ou on déteste son son style cubique, mais force est de reconnaître qu’il détonne sur un marché parfois terne. Pour sa troisième génération, le petit crossover urbain se démarque cette fois-ci par l’entremise de la fée électricité. Quelques mois seulement après l’e-Niro, dévoilé au dernier Mondial de Paris, Kia poursuit son offensive d’électrification, en lançant une version s’émancipant définitivement de la combustion interne.Pour profiter de cet ensemble globalement très satisfaisant, il faudra néanmoins s’armer de patience. Seuls 400 exemplaires de l’e-Soul seront en effet destinés à la France cette année, Kia souhaitant faire la part belle au e-Niro. Au risque de voir les intéressés les plus impatients se diriger vers la concurrence. _ PAR M. LIZAK, PHOTOS DRSous le capot de notre modèle d’essai, un moteur électrique de 150 kW, soit 204 ch, est associé à une batterie de 64 kWh. À noter qu’une variante 39,2 kWh 136 ch est également disponible. Avec un couple de 395 Nm, en hausse par rapport à l’ancienne génération (285 Nm), l’ensemble se montre très dynamique, en particulier en mode Sport. L’autonomie promise atteint 452 km selon le cycle WLTP, pour une recharge annoncée en 42 minutes sur une borne de recharge rapide.À bord, le nouvel e-Soul reprend certains des atouts déjà remarqués sur l’e-Niro, comme les palettes au volant, qui permettent de régler soi-même le niveau de récupération d’énergie au freinage. Un détail non négligeable, qui profite au confort de conduite et, surtout, permet de grappiller quelques kilomètres d’autonomie, notamment en ville.Renouvelé, le Kia e-Soul est une excellente alternative pour les citadins en quête d’un véhicule électrique bien équipé et performant.