COURTE POURSUITE

À quelques mois de la sortie au cinĂ©ma du 25e opus du plus cĂ©lĂšbre des agents secrets britanniques, la firme de Gaydon dĂ©voile sa monture. Et pour une fois, il ne s’agit pas du tout dernier modĂšle, bien au contraire. Sur la base de la Rapide, bientĂŽt ĂągĂ©e d’une dizaine d’annĂ©es, les ingĂ©nieurs Aston Martin ont agrĂ©gĂ© un groupe motopropulseur 100 % Ă©lectrique. De quoi assurer Ă  007 une discrĂ©tion Ă  toute Ă©preuve, au risque d’anesthĂ©sier les spectateurs lors des courses poursuites, faute d’envolĂ©es lyriques du moteur. Quoi qu’il soit, le mano a mano face au mĂ©chant de service pourrait tourner court, faute d’autonomie suffisante. Avec une batterie de seulement 65 kWh, les 320 km promis en cycle WLTP devraient fondre comme neige au soleil, si cet incorrigible James exploite au maximum les capacitĂ©s de son moteur de 610 ch et 950 Nm de couple, capables d’expĂ©dier l’engin de 0 Ă  100 km/h en moins de 4 secondes. Pour mĂ©nager sa monture, il optera probablement pour le mode de conduite GT, au lieu des Sport et Sport + Ă©galement proposĂ©s. EsthĂ©tiquement, les responsables de la division recherche et dĂ©veloppement du MI6 nous avaient habituĂ©s Ă  plus de tempĂ©rance. Leur meilleur agent secret passera difficilement inaperçu au volant de cette livrĂ©e blanche aux touches de bleu Ă©lectrique. Un dĂ©tail dont les 154 autres propriĂ©taires de cette sĂ©rie limitĂ©e feront peu de cas. DĂ©finitivement, on reste circonspect quant Ă  ce choix politiquement correct, pour celui qui l’a rarement Ă©tĂ© tout au long de sa carriĂšre.Gageons que le chapitre Daniel Craig se refermera sur une fin au volant de la mythique DB5, pour sauver l’honneur. _