CONTRÔLÉE

Côté châssis, ce HR-V musclé reçoit un système d’amortissement baptisé “Performance Damper”, qui permet de limiter le roulis et d’améliorer la stabilité. S’il n’a évidemment pas l’apanage d’une super sportive, il propose toutefois un comportement routier sain et équilibré, grâce à un châssis digérant parfaitement une cavalerie plutôt conséquente dans la catégorie. Confortable, quoiqu’un peu ferme à basse vitesse, le SUV japonais fait preuve d’un moelleux convenable, y compris sur chaussée dégradée. Très agréable à vivre, grâce à une habitabilité généreuse, un grand coffre (448 litres), une modularité ingénieuse, une présentation et des matériaux de meilleure qualité, on ne peut que lui reprocher une longueur d’assises trop juste pour les grands gabarits. Reste un physique légèrement ingrat, qui peut ne pas plaire à tout le monde. _ PAR S. LARROUMET, PHOTOS B. ASSETAvec 182 ch et 240 Nm de couple disponibles dès 1 900 tr/mn, ce 1.5 distille des performances de toutPerformant, sécurisant, agréable, confortable et habitable, ce SUV peu répandu mérite qu’on s’y intéresse, malgré un design un peu clivant.premier ordre, totalement insoupçonnables au premier abord. Plein, disponible dès les bas régimes et grimpant aisément dans les tours, ce moteur est une vraie réussite. Idéalement épaulé par une boîte de vitesses manuelle à six rapports, au maniement presque parfait et caractérisé par des verrouillages francs et précis (une transmission à variation continue CVT est aussi proposée), une coutume chez Honda, ce HR-V donne le sentiment d’être aux commandes d’une bonne berline et non d’un SUV. Au point qu’on se surprend à regarder par la fenêtre pour s’assurer qu’on est bien assis plus en hauteur. Sur les routes sinueuses de la région de Lisbonne, le SUV japonais fait preuve d’une belle docilité, en nous permettant “d’enrouler” de courbes en virages sans changer de vitesse, grâce à la bonne santé du moteur et à l’étagement judicieux des rapports. La police portugaise étant relativement compréhensive, il n’en faut pas davantage pour nous inciter à vérifier une valeur, certes inutile, mais chère au cœur de l’ingénieur en chef : la vitesse maxi. À fond de sixième, pied au plancher sur l’autoroute, les aiguilles du compte-tours et du compteur grimpent alors en un claquement de doigts, et sans interruption, jusqu’au limiteur à… 215 km/h (220 compteur). Bluffés, on a à peine le temps de s’émerveiller de la qualité notable des reprises.GT-Line, S Line, R-Line, ou encore, RS-Line, les constructeurs s’amusent, depuis quelques années, à proposer une apparence sportive, sans nécessairement y adjoindre les caractéristiques idoines. Chez Honda, où prévaut le pragmatisme à la japonaise, le petit SUV (4,29 m) subit un léger restylage, qui se concrétise, surtout, par la disparition du bloc diesel et l’apparition du remarquable 1.5 VTEC Turbo. Tout simplement baptisée Sport, cette version nous a réellement séduits par son agrément.